Comment accéder au darknet, la face cachée du web ?

Comment accéder au darknet, la face cachée du web ?

Le Darknet, la face cachée du web

Le darknet est un réseau internet parallèle et souterrain, bien loin des pages référencées par les moteurs de recherche classiques comme Google. Créé à l’origine pour échapper à la censure, on y trouve le meilleur comme le pire, dès lors que l’on sait y accéder avec un browser, comme Tor.

Ne pas confondre darknet et deepweb

Le deepweb, c’est le nom que l’on donne à toutes les pages internets qui ne sont pas référencées ou qui ne sont pas accessibles à tous. En quelque sorte, ce sont des pages souterraines dont l’accès a été restreint pour une raison ou pour une autre.

Petit à petit, le langage commun a associé la notion de deepweb à celle de darknet parce que les deux ont une accessibilité restreinte. Seulement, il faut bien comprendre que le deepweb ne différencie pas les pages en fonction de leur contenu. Résultat, le darknet est une forme de deepweb, mais votre messagerie personnelle de courriel en est également une.

Effectivement, votre compte Facebook ou Twitter sont deux éléments constitutifs de ce que l’on nomme l’Internet, pourtant, ils ne sont pas accessibles à tous. Le deepweb est donc une appellation très large qui recouvre une multitude de pages internet de toutes les natures possibles.

Qu’est-ce que le dark web ?

Le darknet a beaucoup de noms différents et si sa définition n’est pas toujours claire pour tous, sa nature est pourtant assez précise. Le Darknet, c’est ce regroupement gigantesque de sites web qui ne sont pas indexés par les moteurs de recherche classiques parce qu’ils ont bloqué les robots de référencement de ces moteurs.

Le Darknet est donc un réseau internet à part où les adresses des sites se terminent, parfois, par .onion et où il est absolument impossible d’identifier les utilisateurs. Résultat, l’anonymat parfait y règne et certains en profitent pour y exercer toutes sortes d’activités illégales, comme la vente de drogue ou d’armes à feu.

Le Darknet n’est donc pas, contrairement à la croyance populaire, forcément illégal ou même criminel. L’appellation darknet désigne simplement les réseaux internets qui refusent l’indexation de leur contenu pour préserver leur anonymat et celui des utilisateurs. Peu importe donc le contenu de ces sites qui ne sont pas référencés, que ce soit pour vendre des services de tueurs à gages où simplement permettre aux dissidents d’une dictature de communiquer, ils forment le darknet.

Drogue, armes à feu et tueurs à gages : la part sombre d’Internet

Évidemment, la préservation de l’anonymat des utilisateurs des réseaux de darknet a donné naissance à de nombreuses activités illégales. La possibilité d’acheter de la drogue, des armes à feu ou même de louer les services d’un tueur à gages sur le darweb n’est un secret pour personne.

Pourtant, ce n’est pas la seule utilisation qui est faite des réseaux souterrains d’Internet et il est très réducteur de ne s’arrêter qu’à cette image effrayante, digne du Far West, que l’on essaye souvent de nous vendre.

Effectivement, il faut bien comprendre que le darknet n’est que ce que ses utilisateurs en font. Certains réseaux du darknet sont, par exemple, utilisés par les militants dissidents qui combattent la dictature de leur pays pour communiquer en toute sécurité. Sans l’existence des darknets, ils risqueraient leur vie à chaque fois qu’ils communiqueraient.

Accéder au black internet avec le browser Tor

Le darkweb, que l’on appelle aussi black internet, n’est pas difficile d’accès. Cependant, peu de gens s’y rendent, soit qu’ils craignent d’y attraper des virus informatiques, soit qu’ils n’y trouvent aucune utilité, quand ils n’ignorent pas tout simplement son existence.

Pourtant, pour se rendre sur le darknet, il ne suffit de rien de plus que d’un navigateur dédié. Ce navigateur du darkweb, c’est Tor. Avec Tor, vous pourrez accéder à toutes les pages .onion et donc à tous les sites qui font partie du réseau deep web .onion.

Il vous suffit donc de télécharger le logiciel Tor à l’aide d’une simple recherche Google, de l’installer, et vous serez prêts à accéder au darknet. Peu importe que vous soyez sur PC, sur Mac ou sur Linux, Tor est disponible sur tous les systèmes d’exploitation existant.

Quelques précautions avant d’aller sur le dark net

Lorsque vous téléchargez Tor, un message d’information en anglais vous invite à prendre quelques précautions avant de vous rendre sur le darknet. Effectivement, si le darknet n’est pas forcément synonyme de virus et d’activités illégales, il est préférable de prendre certaines précautions.

Premièrement, ne téléchargez pas n’importe quoi. Que ce soit des fichiers torrents ou des plugins à ajouter au browser Tor, ne lancez pas de téléchargement qui ouvre un accès à votre ordinateur ou offre l’opportunité de modifier un logiciel.

Effectivement, le fonctionnement du torrent permet aux autres utilisateurs d’accéder au contenu de votre ordinateur. Dans le cas d’un téléchargement sur l’Internet classique, cela ne donne accès qu’au fichier que vous avez téléchargé. Dans le cas du darknet, vous ne pouvez pas être sûr que l’autorisation d’accès ne soit pas beaucoup plus étendue.

De même, lorsque vous téléchargez un plugin classique, vous pouvez facilement identifier le développeur pour vous rassurer sur la présence ou non d’un virus. Sur le darkweb, aucune identification n’est possible et vous ne pouvez pas être certain des intentions du développeur de ce plugin. Ne lui donnez donc pas le pouvoir de modifier le fonctionnement de votre browser.

Enfin, n’ouvrez pas de document téléchargé sur le darknet alors que vous êtes encore en ligne et prenez soin de naviguer en permanence en vous protégeant avec un protocole https. Comprenez bien que Tor est un browser ni bienveillant ni malveillant. Il vous offre la liberté de rester anonyme et c’est à vous d’en connaître les risques pour vous prémunir des conséquences.

Comment naviguer sur darknet ?

En vous rendant sur le darknet à travers le browser Tor, vous risquez d’être un peu déboussolé. Ici, pas de barre de recherche qui vous permet de trouver le site que vous cherchez grâce aux mots-clés que vous avez tapés. Sur le darknet, il n’y a pas d’indexation de pages et il est donc impossible de rechercher une page.

Effectivement, si vous voulez vous rendre sur une page du darkweb, vous devez d’abord connaître son existence pour pouvoir taper son adresse directement dans la barre des URLs. Une sorte d’encyclopédie participative (un Wikipédia du darkweb), recense les sites du darknet .onion par catégories et vous permet donc de trouver facilement les pages dont vous avez besoin. Vous le trouverez à l’adresse kpvz7ki2v5agwt35.onion.

En lisant cette adresse, vous remarquez sans doute son étrange composition. Effectivement, le darknet étant une affaire d’anonymat et de discrétion, il n’est pas question ici d’URLs marquante ou personnalisée. Seul élément récurrent, le .onion qui vous indique que vous êtes sur le réseau de darknet Tor.

Il existe des dizaines de darkweb

Depuis le début de cet article, nous laissons entendre qu’il existe plusieurs réseaux de darknet. Effectivement, le darknet n’étant qu’un réseau non indexé, il en existe des dizaines de différents et ils sont tous spécialisés dans des activités diverses. Tor a beau être le plus célèbre et le plus généraliste, il n’est qu’un réseau parmi tant d’autres et vous n’aurez pas accès à tout le darkweb à travers ce browser.

Parmi les réseaux darknets les plus connus, il y a Freenet, qui propose tout un écosystème anonyme complet (mail, blogs, messagerie, etc.) et qui est particulièrement orienté vers les activités politiques. I2P est également très célèbre et permet de surfer sur le web ouvert en tout anonymat.

Les réseaux de darknet sont donc très nombreux et leur utilisation varie énormément d’un réseau à l’autre. Loin du cliché des réseaux criminels où se côtoie le pire de l’humanité, le darkweb est un bastion de l’Internet libre où les hackers et passionnés d’informatiques du monde entier défendent leur vision du web, pour le meilleur comme pour le pire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *